Les anges meurent de nos blessures de Yasmina Khadra

Publié le par Evelyne Patricia Lokrou

Les anges meurent de nos blessures de Yasmina Khadra est un livre touchant et émouvant. Les personnages sont attachants. L'histoire est troublante, poignante et captivante. Rarement un titre de livre dit (résume) avec justesse l'histoire, le livre. " En regardant bien nos vies, on s'aperçoit que nous ne sommes pas les héros de nos histoires personnelles". Cette phrase du personnage principal, le narrateur, relate bien sa vie et la vie en général. Nous sommes les acteurs de nos vies, mais les héros sont souvent ceux qui nous aident, nous aiment, nous poussent vers le meilleur ou le pire, ceux qui nous dévoilent à nous-même ; tout comme les situations, les événements, les circonstances, le temps... sont les armes de nos succès ou de nos échecs.  Mais, nous sommes responsables de nos réactions face à ces éléments perturbateurs; notre attitude, notre comportement, nos actes et nos gestes sont les déclencheurs, les maîtres, le reflet,...de la suite de nos vies...Le livre nous parle des inconvénients et des avantages de la vie de boxeur. Ce livre ne vous laissera pas indifférent.

Turambo, surnommé du nom de son village, est un jeune homme pauvre, ne sachant ni lire ni écrire. Il veut sortir de la misère et réaliser ses rêves; alors, il enchaîne de petits boulots pour vivre et aider sa famille, musulmane et très attachée aux traditions, dans cette Algérie des années 1920. 

Il connaît, bientôt,  les déboires de la pauvreté et voit la cupidité se manifester, lorsqu'il commence à réussir. Toutefois, cet homme, qui croit profondément à l'amour entre une femme et un homme, choisit de se réaliser sur ce plan-là. Ce n'est pas facile....

Je ne vous en dis pas plus. Je vous laisse lire " les anges meurent de nos blessures de Yasmina Khadra.

Bonne lecture.

( Une de mes critiques sur Babelio. Merci)

Les anges meurent de nos blessures de Yasmina Khadra

Publié dans Extrait, Lecture

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article