La chronique de Leeve

Publié le par Evelyne Patricia Lokrou

Bonjour. 

Coucou ! C'est moi, Leeve ! Je suis de retour.

Depuis hier, je pleure comme une Madeleine, sans pouvoir m'arrêter, sans parvenir à me contrôler. Je ne sais s'il y a des mots de réconfort possibles. Marc a tenté de trouver les bons, sans succès. Les mots inscrits dans cette lettre et ceux prononcés dans cette vidéo sont encore plus cruels que je l'imaginais. Je pensais aux plates excuses d'un père pour une enfant qu'il a un jour abandonné pour, elle ne sait quelle raison ; je pensais aussi à des excuses pour une mère lâchement abandonnée avec un enfant à naître. Oui, ce sont des mots d'excuse que je lis, que j'entends, mais pour une chose impardonnable. Je suis encore sous le choc! Je ne crois pas que je devais... que j'avais besoin d'entendre, de lire ces aveux horribles...

Était-ce nécessaire de me le dire ? Pourquoi partager ce secret avec moi ? 

Ma mère morte, le secret mourait également; il devait l'emporter dans sa tombe. Il a décidé, en pervers qu'il est, de faire encore plus de mal, et ainsi soulager aussi sa petite conscience! 

Son geste criminel, ses mots révoltants, cette lettre injurieuse et honteuse, cette vidéo dégueulasse.., me hanteront pour la vie.

Je me sens trop dévastée pour vous livrer le contenu de cette lettre et vous révéler ce secret, aujourd'hui. Vous devrez encore patienter. Je dois me calmer; calmer mes nerfs...

(Gros sanglots).

(Pause) 

Au revoir. À la prochaine fois. Merci.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Carlos Gusmán 22/09/2017 14:13

T'inquietes pas; ce n'est qu'une legende urbaine. La vraie Marlène est très gentille et docile. On croît qu'elle appartient à quelqu'un, mais nul n'a jamais trouvé son propiétaire.

Carlos Gusmán 21/09/2017 19:59

Bonjour! Tu pourait ajouter la légende urbaine de Marlène dans ton histoire - pour un peu de mystère. C'est une chatte rousse qui rôde le quartier où j'habite. Tout le monde la connaît; elle a même venu se promener dans mon jardin l'autre jour. Mais le gens disent que cet animal innocent a un passé sombre! Tu vois, Marlène était le 13 chat d'une vieille femme oubliée, morte seule dans sa petite maison ruinée. Sans avoir de quoi manger, les chats ont fini par dévorer leur maîtresse et, ensuite, de se dévorer entre eux. On ne sait pas trop comment, Marlène a réussi à s'échapper - étant la seule à survivre. Hélàs, non seulement elle est devenue folle mais aussi elle a dévellopé un goût malade pour la chair humaine. Dans mon entourage, le bruit court que de temps en temps une personne disparaît mystérieusement du quartier. Tout indique que c'est Marlène la coupable, car on le sait bien que, quand elle a faim, le sang coule dans les ruelles plus sombres.

Evelyne Patricia Lokrou 21/09/2017 23:02

Bonjour Carlos. Quelle histoire triste! Néanmoins, merci pour la suggestion. On verra....Bonne journée ! Merci. À bientôt !